Atelier d’écriture – la fête de l’eau sur le canal en 2040

La fête de l’eau battait son plein aujourd’hui sur les canaux de Paris ; touristes et habitants de la Métropole du Grand Paris ont répondu nombreux à ce rendez-vous annuel incontournable. Organisée par les communes riveraines des canaux sur toute leur longueur elle est issu d’une collaboration entre l’île Saint-Denis, Saint-Denis, Aubervilliers, Pantin et 3 arrondissements de Paris centre. Il faut dire que les mairies, les associations et comités de quartiers riverains ne se sont pas ménagés depuis plusieurs mois pour faire de cet événement annuel festif qui célèbre l’appartenance de la Métropole au bassin versant de la Seine, un succès.

Des plus sportifs aux plus contemplatifs, chacun pouvait trouver activité à son goût : baignade, kayak, péniches-musées de la biodiversité, guinguettes éphémères, bals, marchés d’artisans, dégustation de produits locaux : cidre de Normandie, brie de Meaux, vin de Bourgogne, Champagne, fruits et légumes des maraîchers des abords du canal, décorations florales de l’Île Saint-Denis, le tout acheminé en péniches propulsées à l’hydrogène. Des partenariats noués entre les équipes d’animation venues des différentes communes riveraines des canaux de l’Ourcq et de Saint-Denis ont fleuri spectacles vivants, chorales et concerts de chants d’oiseaux endémiques remixés.

On pouvait déambuler en vélo sur les 10 km de promenade pour profiter de l’ensemble du programme des festivités. L’affluence à cet événement témoigne de l’attrait des grands-parisiens pour le cadre verdoyant des berges du Canal et le rôle de ce dernier comme trait d’union patrimonial, culturel et environnemental, témoin des diversité d’ambiances du Grand Paris : des parcs de l’Ile Saint-Denis, en passant par les nouveaux quartiers de Pleyel puis le parc de la Villette, jusqu’au Paris du XIXe siècle à République et du moyen-âge dans le quartier du marais.

L’adjoint au maire s’est félicité de la tenue de cet événement et en a profité pour remercier les organisateurs. Il a tenu à rappeler les origines de cette fête de l’eau née il y a 15 ans et les efforts entrepris pour permettre sa tenue. Un clin d’oeil au projet de Nouveau Canal réalisé à l’occasion du bicentenaire du canal Saint-Martin en 2025 et qui a permis une véritable coopération entre les communes du Nord du Grand Paris.

L’objectif en était la mise en place d’un nouveau cadre paysager et un cadre de vie rénové : dé-couverture du canal Saint-Martin recouvert en 1860, réouverture de ports de fret fluvial propre, végétalisation et piétonisation des berges, installation de kiosques et parcs pour animaux, entretien des écluses. L’adjoint rappelle que des études de vulnérabilité au changement climatique ont permis d’élaborer des scénarios permettant d’éviter l’assèchement du canal en été. A l’époque, la perspective des Jeux Olympiques de 2024 a permis la mobilisation de tous pour rendre la Seine et les canaux baignables et la ville davantage résiliente. Un effort concerté qui est aujourd’hui un véritable atout pour le tourisme !

Témoin des mutations de Paris, le canal est un rescapé. Après avoir failli être recouvert intégralement par une une autoroute dans les années 1970, les quartiers qui l’environnent, initialement industriels et dépendants du commerce fluvial, plus guère compétitif au milieu du XXe siècle, avaient été convertis en résidences sur dalle bétonnées, les berges monopolisées par un tourisme de masse l’été générant bruit et déchets.

Parcourus par la même eau, plantés des mêmes essences végétales, bâtis avec les mêmes pierres, issus des mêmes friches industrielles, bordés des mêmes chemins de halage, les quartiers parcourus par le canal participent d’une unité de paysages séquaniens que le projet de Nouveau Canal avait cherché à mettre en exergue. Le projet, dont les habitants ont activement participé à la conception, a conduit à une réappropriation du canal en renforçant le lien à l’eau grâce à la végétalisation des berges, l’aménagement de passerelles, le renforcement de la résilience des quartiers alentours par la pose de fontaines, l’infiltration de l’eau et la séparation des eaux usées, une réduction des déchets sur l’espace public, et ainsi l’ouverture à une nouvelle promenade arborée de proximité. Les résidences et cités HLM bordant le canal ont bénéficié de rénovations énergétiques et d’améliorations architecturales utilisant des matériaux biosourcés issus de la région, bois de hêtre notamment, qui ont amélioré leur esthétique et facilité le vivre ensemble.

Cette fête de l’eau dans ce cadre repensé résulte aujourd’hui en un tourisme plus respectueux, moins concentré et d’impact réduit. En recréant cet axe de continuité écologique et culturelle, le nouveau canal s’insère ainsi dans le projet touristique de Paris qui vise à faire connaître l’histoire des parisiens et déconcentrer les visiteurs vers les nouvelles communes de Paris. L’application touristique du Grand Paris permet de faire connaître à tous cette promenade et ses lieux d’intérêt. Elle s’insère dans le réseau des véloroutes européennes qui relient directement la Mer Noire à la Manche à travers les vallées fluviales !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.